Sommaire

Retour à  Nietzsche

Nouvelles valeurs

La crise du nihilisme succède au christianisme, et il doit en sortir une humanité supérieure : nous devons sortir de l’Antiquité qu’a prolongé le christianisme. Le christianisme paulinien est donc, pour Nietzsche, un prolongement du judaïsme antique, et c’est l’héritage du judaïsme pharisien et d’autres cultes qui existaient dans l’Antiquité romaine, avec tout de même des valeurs. Mais il y a loin entre la pratique chrétienne et les principes énnoncés si bien que Nietzsche considère que personne n’a vraiment mis en pratique les préceptes du Christ. Cela n’est pas possible dans la société, mais seulement dans une abbaye, un monastère ou un couvent. Qui veut vivre cloîtré ? Si on peut appeler cela "vivre"...

Aujourd'hui, la tendance est à l'individualisme. On veut vivre et jouir de la vie. Chacun se sent avant tout un individu qui doit se faire une place au soleil, et se forger sa propre morale; personne d'autre ne doit nous la dicter. Prendre de l'assurance et savoir s'imposer, s'affirmer, gagner la confiance des autres, sans perdre son amour-propre, bref, une dose d'orgueil et d'égoïsme bien compris, c'est indispensable dans la vie pour réussir. Oui, la vie est un combat. Il faut se surpasser, l'homme est fait pour être surmonté... Bien, au fait... ce n'est pas autre chose que ce que disait Nietzsche !

Il semble bien qu'enfin ce sont les nouvelles valeurs prônées par Nietzsche qui triomphent : l'individualisme est en vogue, avec «l'esprit de conquête», les exploits en tous genre, l'abandon des idéaux grégaires, du "moralisme". Les psychologues cherchent à déculpabiliser, à encourager les gens à s’affirmer, à se distinguer et être fier de soi, à se libérer des préjugés et des tabous sexuels ou de la peur qui paralyse. L'exploit sportif est comme un défi à soi-même. On ne nie plus le corps, on l'exalte. D'autre part, la crainte de Dieu ou du Jugement dernier n’est plus une motivation mais chacun doit se forger soi-même sa morale et cultiver sa propre vertu. Les repères sont donnés par les médias autant que par la famille et les éducateurs. La publicité vous le dit: "Faites-vous plaisir", "soyez égoïste" pour choisir votre parfum... C'est tentant, mais pourquoi pas ?...
Que voulons-nous ? Quel est notre but ? Quel sens donnons-nous à notre vie ? Les questions demeurent. Il n’y a plus de maître-à-penser pour nous le dire... C’est à chacun d’entre nous de faire son chemin.
Depuis un siècle, nous avons privilégié la science, la rigueur intellectuelle, la libération sexuelle ; les vraies valeurs sont encore à réinventer : le «surhumain» est au bout.

«Nous, les être nouveaux, les innommés, les gens difficiles à comprendre, nous, enfants venus avant terme d’un avenir encore improuvé, nous avons pour des fins nouvelles besoin d’une grande santé...» écrivait-il. Ce philosophe-prophète pensait-il précipiter, par son attaque contre la morale, la phase de déclin pour qu’enfin vienne une "aube nouvelle" pour l’humanité, une nouvelle ère et le “grand midi” de la civilisation ? "Les choses naissent de leur contraire" aimait-il à rappeler.

vouloir libère
 
IDDN Certification