Sommaire

Postface

Nous, les prodigues et les riches en esprit, qui nous tenons au bord des autoroutes de l'information comme des fontaines, nous ne pouvons empêcher personne de venir puiser dans nos eaux claires et néanmoins profondes... (pour paraphraser Nietzsche).

Vous voyez, c'est un site qui tire le web par le haut en apportant un peu de culture. Nous avons choisi Nietzsche, lequel ne nous enferme pas dans un système de pensée, pour avoir un débat contradictoire. Nietzsche est le type même du contradicteur : utile rien que pour faire réfléchir... Il ne voulait pas qu'on le suive, à la différence de Jésus. Il n'avait pas de doctrine, et, par delà le bien et le mal, il disait : oui, c'est parfait ainsi, il n'y a rien à rejeter. C'est son acquiescement supérieur, avec sa compréhension des choses.. Pourtant il ne reconnaissait pas de vérité absolue... ni Dieu, ni volonté divine dans la conscience humaine. Dieu n'est qu'une hypothèse...
Le but : inviter les esprits curieux à la confrontation. La religion chrétienne a toujours suscité des passions. D'après la Bible, les prodiges et les miracles étaient réservés aux Hébreux dans l'Antiquité, c'était un signe de Dieu. Aujourd'hui, les miracles sont accomplis par la science et l'ingéniosité des hommes, c'est prodigieux et nous en sommes tous très heureux... Selon notre éducation, nous sommes plus ou moins attachés à cette idiosyncrasie morale.

L’expérience révèle que certaines catégories d’esprits sont parfois bien loin d’accepter un dialogue sincère: des résistances se font inévitablement jour au-delà de certaines limites, dont les moins sérieuses tiendraient probablement de l’ignorance ou de l’éducation reçue. On peut aussi songer à l’incapacité de beaucoup à mettre en œuvre un authentique détachement indispensable à l’accès au monde adulte à l’égard des valeurs d’abord projetées sur les représentations parentales [note2]. On en voudra pour preuve la croyance illusoire en une divinité anthropomorphique subjective [note3] présente non seulement dans nombre de cas individuels, mais courant encore dans toute l’histoire de l’humanité. Dans une acception non freudienne, l’état « inconscient » caractéristique de l’enfant ou du primitif, duquel toute la culture pourrait être envisagée comme tendant au renforcement en dévalorisant implicitement toute prise de position consciente, active, réflexive, à l’égard du monde, est loin d’être l’exception, privant le sujet d’une vie psychique autonome. Qu’il puisse être effectivement dépassé est simplement notre conviction.

Le thème central : la confrontation entre philosophie et religion, entre raison et foi, n'est peut-être pas du goût de tout le monde. Mais il faut savoir que la philosophie et la science furent calomniées par saint Paul et ces successeurs. En fait, tout est question de pouvoir, de volonté de puissance et de rapports dominant-dominé dans la société. Le besoin d'avoir un jugement a conduit des philosophes à ériger leur pensée en système, et la philosophie serait un système de pensée, avec la logique et la morale. C'est dépassé depuis que Nietzsche a cassé la baraque. Même par delà le bien et le mal, on revient toujours à une morale, à dire ce qui est bon ou mauvais. Nietzsche n'échappe pas à la règle.
C'est pour provoquer cette nécessaire démarche que nous avons choisi de parler des sujets qui fâchent. Comme il y avait un créneau porteur en citant Nietzsche, nous l'avons pris : c'est une cible. Et qui d'autre l'avait fait avant ? Des questions et des thèses controversées forment l’essentiel du contenu. Certaines sont inédites, d'autres déjà publiées. On trouvera chaque fois que possible des indications bibliographiques qui permettent un éventuel approfondissement.

Voici, au fil des pages, le résultat de nos recherches. Ce n'est pas de la littérature. Il est possible que ces pages contiennent quelque erreur. Nul n’est infaillible. Même les plus grands écrivains ont été l’objet de critique. ;-) Surtout, sachez qu'aucune secte ne se cache derrière. Ce serait le comble, pour un site dédié à Nietzsche, cet éducateur pour la pensée libre qui a mis en garde contre les sectes, ce nouveau commerce dont il est question dans Généalogie de la morale. Effectivement, il existe bien dans le rapport officiel sur les sectes un "club des surhommes" pour ceux qui ont de l'argent à perdre et qui ont encore besoin d'un gourou. Ils n'ont pas bien lu Nietzsche ! Dans sa préface à Aurore, il nous dit quelques mots sur la philologie, cet art vénérable qui enseigne à bien lire !

Ce site de ressources gratuites en français, c'est aussi pour répondre à l'Appel de Cotonou (1995) de Jacques CHIRAC sur la fracture numérique et les dangers de l'uniformisation culturelle par l'usage presque exclusif de la langue anglaise.
Il faut défendre nos droits et nos libertés, conformément à l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (rédigée par René Cassin) : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

suite du  prologue

Note : L'idiosyncrasie morale, cette conscience morale qui, selon le discours du curé savoyard de Rousseau, dans Émile ou l'éducation, serait innée et quasi générale.

note 2 : On sait qu'on doit à C-G Jung d'avoir établi à partir de l'analyse des névroses que l'image que l'enfant se forme de ses parents dépend au moins autant du psychisme de celui-là, dans sa structuration même, que de leur personnalité réelle.

note 3 : Le Soi, l'archétype de la totalité, centre régulateur de la personnalité individuelle, sera ordinairement perçu comme pouvoir trans-personnel et transcendant le moi, en d'autres termes, Dieu.

note : La philologie est enseignée au collège ou au lycée : c'est l'étude de texte.

C'est en 1995 que Mr. Jacques CHIRAC, le Président actuel de la France, lançait, à Cotonou, cet appel :
« La révolution de l'information passe dorénavant par les ordinateurs connectés. Nul n'en conteste les aspects bénéfiques. Soyons aussi conscients des dangers que cette révolution recèle: celui de voir se creuser encore, et de manière irréversible, l'écart entre pays riches et pays pauvres, celui aussi de l'uniformisation culturelle. Ainsi, aujourd'hui, 90% des informations qui transitent par Internet sont émises en langue anglaise, parce que les outils et les serveurs sont dédiés à l'usage exclusif de cette langue [...] J'appelle la francophonie à prendre la tête d'une vaste campagne pour le pluralisme linguistique et la diversité culturelle sur les inforoutes de demain »

 
IDDN Certification