Sommaire

Quelques poèmes

Hé ! Hé !A mon lecteur

Bonne mâchoire et bon estomac;
C'est ce que je te souhaite !
Et si tu digères mon livre,
Tu t'entendras certainement avec moi !

Par Zeus !Le sceptique parle

La moitié de ta vie est passée,
Longtemps déjà elle a erré,
Elle cherche et n'a pas encore trouvé ;
Et la voici qui hésite ?
La moitié de ta vie est passée :
Elle fut douleur et erreur d'heure en heure !
Que cherches-tu encore ? Le pourquoi ?
C'est justement ce que je cherche
que je cherche.

Ecce Homo

Oui, je sais bien d'où je viens !
Inassouvi comme la flamme,
J'harde pour me consumer.
Ce que je tiens devient lumière,
Charbon ce que je délaisse :
Car je suis flamme assurément !

(Extraits du préambule au Gai Savoir de Nietzsche, ces petits poèmes sont les plus limpides)

C'est dans Ainsi Parlait Zarathoustra que le talent poétique de Nietzsche est le plus dithyrambique (Les filles du désert, § 2).

Retour page pécédente
 
E-protection