Sommaire

En quoi Nietzsche a réformé la philosophie

1. Le génie de l'écrivain
En philosophie, ce qui fait obstacle à la compréhension c'est la lenteur de la pensée discursive ; il faut de longs discours avec de longs développements pour s'expliquer. A commencer par les indispensables définitions. Le lecteur est donc conduit par un raisonnement, qui n'est pas le sien, depuis des notions plutôt abstraites vers des conclusions opposées à des conclusions hâtives. Il faut qu'il soit très attentif tout le long du discours s'il veut bien suivre le fil de la pensée, ce qui nécessite une bonne mémoire, car il faut parfois s'interrompre si on ne peut le lire en une seul traite. Les amateurs ne vont pas pouvoir suivre. Bref, plus cette démonstration sera longue, moins il y aura de disciple.

Comment faire pour capter l'attention et éviter les longues dissertations ?

Il semble que Nietzsche ait trouvé : avec la concision de l'aphorisme, la pensée fragmentaire, telle qu'elle a jailli de son intellect, atteint son but - si elle est bien écrite, avec un style vivant.

2. Un certain goût de la morale.
On devient philosophe par goût. Qu'est-ce que cela implique ? Le goût de la morale implique le goût du jugement. Le bien qui est supérieur à l'être est invoqué. Donc, en jugeant, vous vous référez à une instance supérieure à l'être... au delà du réel.
Cela s'accompagne d'une manière d'être : être authentique, juste...
Un moraliste définit l'humain par ce qu'il est en droit de faire ou de ne pas faire.... Qu'est-ce que tu dois faire ?
Un éthicien définit l'homme par ce qu'il peut faire, ce dont il est capable... Qu'est-ce que tu peux faire ?
L'Ethique
est le premier traité philosophique de Spinoza. Selon lui, il y a une distinction à faire entre les qualités quantitatives (plus ou moins), et les qualités qualitatives (supérieures ou inférieures). Deux modes d'existence sont en jeu, l'animale et l'humaine. Autrement dit la conduite bestiale, gouvernée par les instincts et la conduite humaine, plus morale, modérée par la pensée.

Nietzsche pose la question éthique : que puis-je ? De quoi suis-je capable ?

Il distingue deux types d'hommes : les forts et les faibles. Les maitres et les esclaves, les puissants et les autres, impuissants par manque de volonté. Il découvre ainsi la volonté de puissance, une volonté très forte, de domination et les rapports dominant/dominé. Le critère de Nietzsche : se demander à chaque fois si ce qu'il fait il pourrait le faire une infinité de fois... L'éternet retour, c'est pour évaluer, pour mesurer ce qui est bon ou mauvais. De l'éthique il passe à la morale : "Il faut à nouveau peser le poids de toute chose." (Le Gai Savoir). Il ne veut pas faire l'idiot comme Nicolas de Cuza (le philosophe qui n'a que la raison naturelle pour juger est l'homme des présupposés implicites, des notions toutes faites).

3. L'art de juger
Il faudrait savoir sur quoi on se fonde pour juger. Sur quels critères sont définis les valeurs supérieures ? Sur quel fondement on mesure chaque chose. Y a-t-il un système de valeurs qui soit universel ?

- Apparament oui, on arrive à s'entendre sur un système de valeurs ; ce n'est pas le même dans tous les pays, ni dans toutes les civilisations, mais il fait force de loi. Il est à la base des religions, il se retrouve dans les lois humaines bien établies. Il y a quand même des choses qui sont discutables. Le débat se poursuit donc... Qui a raison ? Qui a tord ? Comment se forme le jugement ?
Nietzsche déclare : Il faut à nouveau peser le poids de toute chose. Quel sont les fondements de la morale ?
Le jugement est à la base de la philosophie (suite)..

La liberté est-elle un mythe ?

Extrait d'une conférence de Gilles DELEUZE, l'étonnant c'est le corps.

Note : Spinoza a écrit l'Ethique et non l'Ontologie car tout part du jugement éthique...

IDDN Certification