Sommaire

Qu'est-ce qu'un mythe ?

Le terme "mythe" ne désigne pas n'importe quel récit fabuleux, mais un récit tenu pour vrai, dans un système de croyances déterminées, en apparence opposé au discours rationnel. On assimile volontiers ces récits à des fables inventées par des esprits plein d'imagination. B. De Bouvier de Fontenelle a bien analysé ce fait dans son traité : De l'origine des fables.
Le mythe apparaît comme l'expression d'une pensée symbolique, en relation avec la totalité du psychisme humain, l'histoire, et les préoccupations communes des hommes: "tout l'humain est engagé dans le mythe" (G. Bachelard). La question du mythe constitue l'un des problèmes les plus complexes de l'anthropologie, en raison de ce "chaos théorique". Cl. Lévi-Strauss qui persiste ici : "Pour comprendre ce qu'est un mythe, n'avons-nous donc le choix qu'entre la platitude et le sophisme ? Certains prétendent que chaque société exprime, dans ses mythes, des sentiments fondamentaux tels que l'amour, la haine ou la vengeance, qui sont communs à l'humanité tout entière. Pour d'autres, les mythes constituent des tentatives d'explication de phénomènes difficilement compréhensibles, astronomiques, météorologiques, etc. Quelle que soit la situation réelle, une dialectique qui gagne à tous coups trouvera le moyen d'atteindre à la signification." (Cl. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Plon, p.228)
"Le mythe est essentiellement un récit que les usagers sentent dans un rapport régulier avec un rite positif ou négatif de la vie." (G. Dumézil).

Quelques exemples de mythes:
- le mythe d'Œdipe, dont Cl. Lévi-Strauss lui-même donne une remarquable analyse.
- le mythe de Pandore :
La première femme créé par Héphaïstos, Pandora, était pourvue de tous les dons, elle fut envoyée aux humains munie d'un grand vase contenant tous les bienfaits et tous les fléaux leur étant destinés, et d'une boite fermée. Ils se répandirent sur Terre, tandis que resta au fond de la boite à Pandore un piètre bienfait : l'espérance... (sait-on que la religion est la boite à Pandore ?)
- un mythe amérindien: l'origine des femmes :
"Les hommes vivaient sans femmes. / Un jour, on leur vola de la nourriture. / Les hommes chargèrent un oiseau de surveiller leurs provisions. / L'oiseau vit des femmes qui descendaient du ciel le long d'une corde. De son bec, il coupa la corde. Les femmes, ne pouvant remonter, restèrent avec les hommes." (ibid.)
- un mythe actuel : le mythe du progrès... ou encore celui des soucoupes volantes (sujet traité par Jung dans Un Mythe Moderne).

1. Les constantes de la pensée mythique :
- les mythes entretiennent les uns avec les autres, à l'intérieur d'une même culture, ou d'une culture à une autre, des relations complexes (correspondances, filiations, parallélismes, convergences, etc.); ils se ressemblent et paraissent s'appeler et se répondre les uns aux autres, mais correspondent à des conditions d'élaboration très variables (sans quoi, comment comprendre la variété des différentes versions d'un même mythe ?): équilibre ici trouvé entre l'identité propre à la nature humaine et sa diversité.
- ils révèlent des préoccupations communes: recherche du sens de l'existence, souci d'expliquer la création du monde (cosmogonies), les origines de la vie ou de l'humanité, désirs d'amour, de gloire, de puissance, de protection, angoisses des hommes devant une nature hostile, la maladie, la souffrance, la mort et un au-delà de la mort, la fuite hors du monde ou du temps, la communion avec le divin, etc.
- ils manifestent l'attrait des hommes pour le surnaturel, le merveilleux, en relation avec des questions d'ordre technique ou socio-politique; ils charment, séduisent, font plaisir à ceux qui l'entendent.
- constitués par projection des contraintes économiques, des structures politiques, des règles de la parenté, des usages sociaux, etc., ils ont une finalité: justification et codification des institutions politiques ou religieuses, des rites, des tabous, des interdits moraux ou sociaux; constitution d'une mémoire collective des généalogies et des événements marquants, etc.
- ils connaissent une évolution de leur contenu symbolique.

2. L'interprétation du mythe
Différentes perspectives peuvent être retenues:
- la tradition philosophique faisait du mythe une fable discursive véhiculant une signification obscure que la réflexion serait impuissante à produire (cf. Platon, chez qui le mythe supplée à la dialectique défaillante, comme intermédiaire entre les paroles profane et sacrée)
- on peut y voir l'expression d'une "pensée sauvage", une affabulation naïve, fondée sur une forme de pensée allégorique (laquelle se distingue de la pensée symbolique par l'absence de toute signification à valeur psychologique - P. Diel), ou simplement confuse et embryonnaire.
- on peut y voir l'expression d'une pensée "à l'état sauvage", prélogique ou "autrement logique", rationnelle, abstraite et fondée sur l'intuition, l'analogie, et s'exprimant par le symbole. Dans les deux cas, on ne saurait pour autant considérer le mythe comme le signe d'une prétendue insuffisance intellectuelle des "primitifs" (cf. à l'opposé l'efficacité technique dans l'adaptation au milieu)
- les fonctionnalistes font du mythe l'élément d'un ensemble global et cohérent, défini par les préoccupations matérielles, mettant en rapport l'homme et la nature, ou doublant l'organisation sociale qu'il soutient.
- les structuralistes (C. Lévi-Strauss) considèrent que les mythes sont déterminés les uns par les autres et trouvent en eux-mêmes leur vérité, bien davantage que par leur contexte; l'interprétation du mythe suppose alors une "mytho-logique" (ex.: division en mythèmes = unités constitutives du mythe, éléments mythiques).
Les postulats sur lesquels Cl. Lévi-Strauss (op. cit., p.232) fonde l'analyse structurale des mythes sont les suivants:
1) "si les mythes ont un sens, celui-ci ne peut tenir aux éléments qui entrent dans leur composition, mais à la manière dont ces éléments se trouvent combinés;
2) le mythe relève de l'ordre du langage, il en fait partie intégrante; néanmoins, le langage, tel qu'il est utilisé dans le mythe, manifeste des propriétés spécifiques;
3) ces propriétés ne peuvent être cherchées qu'au-dessus du niveau habituel de l'expression linguistique; autrement dit, elles sont de nature plus complexe que celles qu'on rencontre dans une expression linguistique de type quelconque."
- l'interprétation psychologique met l'accent sur le postulat de symbolisation mythique = calcul psychologique, exprimé sous une forme imagée, compromis effectué entre les désirs d'une part, les complexes et les sentiments d'angoisse et de culpabilité des individus d'autre part.

3. Conclusions possibles
- le mythe apparaît comme un récit signifiant autre chose que lui-même.
- il concerne tous les aspects de l'existence et de la pensée humaines, avec lesquels il peut être mis en rapport; on pourra alors l'envisager sous l'aspect d'un conditionnement de la pensée (par sa fonction religieuse), ou d'une aide à la vie.
- toute pensée, toute culture, toute époque, a ses mythes; le mythe exprimerait plus fondamentalement un besoin de sacralisation de l'Autre, qui ne serait pas propre aux sociétés traditionnelles.

Retour au texte
 
IDDN Certification