Sommaire

Légende
Cliquez pour voir

Cardinal Ratzinger
Benoit XVI

L'Inquisition

« L'inquisition est, comme on sait, une invention admirable et tout à fait chrétienne pour rendre le pape et les moines plus puissants et pour rendre tout un royaume hypocrite. On regarde d'ordinaire saint Dominique comme le premier à qui l'on doit cette sainte institution. Mais le premier grand Inquisiteur fut le Dieu de la Bible qui chassa Adam et Eve du jardin d'Eden pour les punir d'avoir désobéi. » (Voltaire)

L'hérésie est d'abord une notion juive. Saul de Tarse persécutait déjà les disciples de la secte baptiste ou essénienne, et c'est dans les épîtres de Paul qu'on a tiré le venin de l'inquisition, car il est resté le même après sa conversion. Voltaire se pose des questions sur St Paul mais ne va pas jusque là dans son Dictionnaire philosophique.

Le Tribunal de l'Inquisition, qui fut confié à l'ordre des dominicains, jugeait les dissidents libres penseurs ou les chercheurs soupçonnés de sorcellerie. Mais, dans certains pays, les inquisiteurs appelaient à la délation, et employaient toutes sortes de tortures pour faire avouer les plus récalcitrants. supliceOn appelait cela la question. Cela pouvait conduite au bûcher pour y être brûlé vif, ce qui constituait un spectacle extrêmement cruel sur la place publique, mais qui plaisait. Il y eu dans toute l'Europe des centaines de milliers de bûchers au cours de 14 siècles d'intolérance religieuse. Certains monarques s'en mêlèrent pour gagner de l'autorité et pour renflouer les caisses du Trésor royal, comme en Espagne où on compte 32 000 hérétiques brûlés vifs !!! Ce triste bilan est tellement effrayant qu'il est contreversé ou désavoué par l'Église de Rome. La sorcellerie est, au départ, une survivance des religions païennes dans lesquelles les fidèles croient pouvoir communiquer, par magie, avec les forces de la nature. Puis, au fil du temps, à mesure que triomphe le christianisme, le sorcier est présenté comme entretenant un commerce avec le diable, et il est, à ce titre, pourchassé par l'Église catholique désormais toute-puissante. Vers 1485 paraît le Malleus Maleficarum (le Marteau des maléfices) manuel de lutte contre les démons, qui devient rapidement le bréviaire de tous les inquisiteurs. Les femmes, sexe faible, sont plus souvent dénoncées comme sorcières, que les hommes comme sorciers. Machisme ? Les pauvres sorcières qui avaient quelque particularité anatomique (les rousses ou un grain de beauté mal placé) étaient persécutées car on voyait là la marque du Démon. Aujourd'hui tout est oublié, la contestation a fini par s'éteindre, suite aux autodafés. L'hérésie a causé des schismes et obligé l'Eglise à réunir des conciles...

Depuis 1998, les archives secrètes du Vatican sont ouvertes aux historiens pour la période antérieure à 1945. L'Église Catholique Romaine s'est alors sentie obligée de faire repentence le 15 mars 2000 pour les lourdes fautes commises dans le passé. Reconnaissant officiellement et publiquement au nom de l'Eglise les erreurs et les crimes passés - des croisades prêchées par ses représentants de l'époque à tous les crimes de l'Inquisition, notament les bûchers vivants allumés pour délit d'opinion -, le pape Jean-paul II a présidé une grand-messe spéciale de repentance avec rituel spécial. Bel aveu du déclin de l'Eglise - cela annule toute prétention à l'infaillibilité.

Doyen du Collège des cardinaux, le cardinal Joseph Ratzinger était chef de la Congrégation pour la doctrine de la foi depuis 1981, le gardien du dogme (ou grand inquisiteur, vu que la Congrégation de l'Inquisition romaine et universelle, fondée en 1542, fut rebaptisée Congrégation du Saint-Office en 1909, puis Congrégation pour la doctrine de la foi en 1967). Son rôle est d'agir pour réduire au silence les théologiens dissidents et écraser les hérésies. Le pape Jean Paul II étant mort, le 18/04/2005, il a fustigé, dans son homélie lors de la messe d'entrée au conclave, «la dictature du relativisme».
- Qu'est-ce ? C'est plutôt le dogme qui fait figure de dictature spirituelle et personne ne conteste le relativisme de toute vérité. Le dogme, ayant figé la foi, a rendu la question de la vérité encore plus aigüe. Nietzsche a donné un avis philosophique sur la question : « il n'y a pas de vérité absolue. Les convictions religieuses sont les ennemis de la vérité, plus dangereuses que les mensonges ».
De plus, l'Eglise a des positions partiales sur la sexualité et sur la bio-éthique. Elle répand des contre-vérités. «L'usage du préservatif n'est pas efficace pour se protéger», selon le cardinal Mgr Trujillo, président du Conseil pontifical pour la famille. Le respect de la vie est le cheval de bataille du lobby catholique contre l'avortement. Ceux-ci prétendent que la contraception est correlative de débauche et prônent la chasteté. On ne peut pas demander à tout le monde de maitriser ainsi sa sexualité. Mais le clergé a toujours trouvé le plaisir malsain, et l'intransigeance du Vatican sur la sexualité est, d'après les scientifiques, en partie responsable de l'expansion de l'épidémie du SIDA.

retour à Nietzsche

Louis de Paramo, l'un des plus respectables écrivains et des plus brillantes lumières du Saint-Office, rapporte, au titre second de son second livre que Dieu fut fe premier instituteur du Saint-Office, et qu'il exerça le pouvoir des frères prêcheurs contre Adam. D'abord Adam est cité au tribunal : Adam, ubi es ? et en effet, ajoute-t-il, le défaut de citation aurait rendu la procédure de Dieu nulle. Les habits de peau que Dieu fit à Adam et à Ève furent le modèle du san-benito que le Saint-Office fait porter aux hérétiques. (...) - Adam fut privé de tous les biens immeubles qu'il possédait dans le grand paradis terrestre : c'est avec cet argument-là que le Saint-Office confisquait les biens de tous ceux qu'il a condamnés." Cité par Voltaire dans son Dictionnaire Philosophique.
L'obscurantisme religieux du moyen-âge, avec ses misères, résulte du fait que "le christianisme a prolongé l'antiquité", comme dirait Nietzsche.

L'Inquisition est un tribunal religieux d'exception chargé de poursuivre les hérétiques, qui sont ensuite remis au pouvoir civil afin de subir leur condamnation. Créée au XlIe siècle pour lutter contre les Cathares et les Vaudois, elle est progressivement étendue aux sorciers et aux devins. Elle doit son nom à la procédure inquisitoire qui donne au juge un rôle prépondérant dans la conduite de l'instance. Ainsi, les inquisiteurs recherchent eux-mêmes les suspects et peuvent convoquer les populations entières d'un village pour dénoncer les hérétiques. De nombreux moyens de contrainte sont utilisés pour obtenir des aveux, y compris la torture. Les peines les plus graves sont l'emprisonnement à perpétuité accompagné de la confiscation des biens et, souvent, le bûcher. En Allemagne, mais aussi en Espagne, l'Inquisition connaît un essor particulièrement important. Elle se signale par de terribles exactions, notamment, dans ce dernier pays, celles du sinistre inquisiteur général Torquemada (1485-1494) qui soutenait qu'en faisant souffrir ainsi les hérétiques, il se sacrifiait pour leur octroyer le salut éternel en se damnant lui-même. Ses allègations soulevèrent la désapprobation du pape Sixte IV lui-même.

Le Malleus Maleficarum, Marteau des Maléfices, dû à deux inquisiteurs dominicains, dont Jakob Sprenger (1436-1505), comporte 3 parties incluant la concurrence à faire aux maléfices, leurs effets, les remèdes contre les maléfices avec les moyens et procédés de punition de l'inquisition. Le juge frappe sa sentence avec un marteau. Sans doute que c'est en rapport à ce marteau-là que Nietzsche parle de philosopher à coup de marteau.
Le but des auteurs est de convaincre les populations de la réalité de la sorcellerie, et de donner aux inquisiteurs une méthode pour traiter ce qu'ils considèrent comme une forme gravissime d'hérésie. Le rôle laissé à la délation est important et le recours à la torture, appelée question est préconisé le cas échéant.

. Depuis peu, le Vatican a ouvert ses archives secrètes pour la période nazie qui va des 1939 à 1945. Vu que l'attitude du pape Pie XII a été fort décriée envers le nazisme, on sait que les biens confisqués aux victimes ont bénéficié à la banque vaticane et que le Vatican a hébergé et aidé secrètement les bourreaux nazis à échapper à la justice. Certains ont pu s'enfuir ensuite en Amérique latine, qui souffre de cette domination latino-cléricale.

  IDDN Certificat