Sommaire

La religion comme expression de la décadence ?

Nietzsche a écrit : « La religion est un produit du doute au sujet de l'unité de l'individu ».
Elle dissocie la personnalité en projetant tout ce qui est bon, grand, vrai, dans un être supérieur, supra-humain, et en même temps, elle rabaisse l'homme à ce qui est vil et insignifiant. Dieu seul est saint et nous sommes tous des pécheurs. Nietzsche, ayant connu le malheur dès son plus jeune âge, la mort de son père, accuse la Providence divine d'être le Mal. Et puis, souffrant de cette maladie qu'il pense héréditaire, à la suite de Schopenhauer, il voit cette Volonté comme une puissance aveugle et injuste. La vie est cruelle. D'ailleurs, ne voit-on pas que tout va mal ? Et de plus en plus mal ?

Nietzsche n'était pas très tendre avec les mous et les faibles. «Devenez durs, bande de dégénérés !», clamait-il.

Certes, dans la société moderne, confortable, sécurisée, on a tendance à se laisser aller. Ramolissement qui pourrait nous être fatal ! Voyez-vous, quand le loup a faim, il ne fait pas de bruit et il s'empare du tendre petit agneau que nous sommes devenus. « L'homme est un loup pour l'homme, mais cela vient que beaucoup sont des agneaux.» Nous voyons que cette vérité n'a pas disparu avec le capitalisme sauvage, le colonialisme, et aujourdhui avec le retour d'un ultra-libéralisme mondialisé. Rentabilité oblige, il faut maintenant se plier aux ordres et trimer pour essayer de s'en sortir face à la concurrence. C'est la guerre économique, et la concurrence est rude. On ne fait plus dans la dentèle !

Certains pensent encore qu'un Dieu leur viendra en aide, qu'il faut prier le ciel pour être préservé du malheur ! D'autres qu'ils n'ont pas à se soucier du lendemain parce que, de toutes façons, c'est l'apocalypse qui est annoncée et qu'on ne peut rien y faire : "Après nous, le déluge !" Ils agissent ainsi parce qu'ils ne croient plus en rien. Quels êtres décadents !

Nietzsche vivait au temps où la science ébranle les fondations de l'Eglise et détrône la foi : la théorie évolutioniste de C. Darwin remet en question la version créationiste de la Bible et E. Renan réécrit l'histoire du début du christianisme. Depuis que l'utilitarisme de Bentham, soubassement du libéralisme, à influencé le monde des affaires, la main d'œuvre est mal payée et on a construit des prisons et des bagnes pour ceux qui se révoltent. Révolution industrielle : travail à la chaine dans les usines, horaires draconiens et rythmes de travail accélérés pour une meilleure rentabilité. La «division du travail» est voulue pour éviter qu'il y ait un mécontentement de masse qui génère une nouvelle révolution à la française, une grève générale, et la chienlie. L'interdiction de l'usure est tombée depuis longtemps et les grands financiers demandent la libéralisation du système financier. Les supercalculateurs font leur apparition et l'ordinateur de Badagge va être l'outil des maîtres qui gèrent de grosses sommes, font des statistiques et commencent la planification sociale, ou vont spéculer. Les progrès de la génétique sont considérables après Mendel. Avec Galton, la génétique va l'appliquer pour classifier les espèces et les races, sélectionner les individus, et si possible "améliorer la race". En fait, c'est déjà le début des dérives de l'eugénisme qui se font jour et qui vont avoir la faveur des nazis.

Pour rallier au socialisme il y a eu Marx, mais d'autres n'ont pas eu la fortune d'être largement lus et connus. Nietzsche n'eut pas la chance d'un Freud, qui d'ailleurs a repris bons nombre de ses idées. Et même, depuis la guerre et l'extermination des juifs, il est rangé aux oubliettes. Trop dangereux, juge-t-on. Mais qui a lu ses livres ? Qui a compris son message ? Qui s'est donné la peine de lire toute son œuvre ? L'infime minorité, l'élite intellectuelle. Encore faut-il savoir bien lire... le travailleur docile n'a pas beaucoup le temps de lire et de réfléchir.

« S'il l'on considère qu'aujourd'hui encore tous les grands événements publics se glissent secrètement et comme voilés sur la scène du monde, qu'ils sont cachés par des faits insignifiants, à côté desquels ils apparaissent petits, que leurs effets profonds, leur contrecoups ne se manifestent que longtemps après qu'ils se sont produits, quelle importance peut-on alors accorder à la presse quotidienne telle qu'elle existe aujourd'hui, avec sa dépense de poumons pour hurler, assourdir, exciter et effrayer ? La presse quotidienne est-elle autre chose qu'un produit aveugle et permanent qui détourne les oreilles et les sens vers une fausse direction ? » (Nietzsche, Opinions et Sentences mêlées, § 321)

américanisation ?Le fait n'est pas nouveau, mais c'est encore pire actuellement avec le Journal télévisé ! « Toute forme de civilisation commence par le fait qu'une quantité de choses est voilée ; le progrès humain dépend de ce voile. » (Nietzsche, le Livre du Philosophe).

Maintenant, la réalité est là ! Nous sommes à l'aube d'une nouvelle civilisation. Des catastrophes sont annoncées. Comment l'ignorer ? Est-ce que les gens sont aveugles ? Ont-ils des yeux pour voir, des oreilles pour entendre ? Plongent-ils leur tête dans le sable ? Mettent-ils de la cire et du coton dans leurs oreilles ? Faut-il leur crier dans les oreilles ? Faut-il les menacer avec un gros bâton ? Faut-il peindre le ciel tout en noir ? Depuis que les humains grouillent sur la Terre, ont-ils évolué d'une hauteur ? Ont-ils seulement essayé ? Ne faut-il pas les aider pour faire les premiers pas ? Ne faut-il pas des guides zélés ? Et qui seront ces guides et ces chefs ? Comment seront-ils formés ? Ceux qui exercent des responsabilités dans ce bas-monde n'apparaissent pas très rassurants pour les faibles, les défavorisés, les "malvenus"! On nous dit :«Tout n'est déjà plus comme avant». Qu'appellent-ils mondialisation, quand, pour la majorité des gens, cela tourne mal ? Et où nous mènent-ils ?

Lisez le_Monde_Diplomatique. Vous y trouverez des informations sur « les grands événements publics qui se glissent secrètement et comme voilés sur la scène du monde ». Voilà la presse libre, ce qui est extrêmement rare !

Suite

Darwin Auteur du monumental livre sur l'origine et l'évolution des espèces, Charles Darwin est, avec Lamark, à l'origine de l'évolutionisme, qui s'appuie sur la sélection naturelle ou l'adaptation aux nouvelles conditions de vie.

 
IDDN Certification